À propos

Fondée en 2000, Droit à l’énergie SOS FUTUR est une Organisation non gouvernementale (ONG) internationale basée en France. Elle est titulaire du statut consultatif spécial auprès du Conseil Économique et Social (ECOSOC) des Nations Unies et est accréditée auprès du Département l’Information (DPI) de l’organisme. Droit à l’énergie est également membre du Pacte mondial au titre d’ONG, ce qui lui confère un rôle d’observateur et de conseiller en matière d’accès à l’énergie. Droit à l’énergie bénéficie de conventions de partenariats avec les entreprises du secteur de l’énergie, françaises ou étrangères ; elle est dotée d’un conseil d’administration international.Droit à l’énergie favorise la création de structures locales regroupant les organisations adhérentes dans un pays où elle est organisée, par exemple : Argentine, Brésil, Canada, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mexique… et d’antennes régionales qui représentent les continents d’Afrique, Amérique, Asie, Europe, Océanie, Grand Maghreb/Moyen Orient. Elle est riche de plus de 400 associations ou personnes morales (ONG de la société civile, organisations
syndicales nationales et internationales) provenant de 68 pays et représentant plus de 70 millions de membres. L’Association a pour objet la défense et la promotion, au plan de chaque État, Peuple ou Nation, comme au plan régional et mondial, du droit à l’énergie pour tous, en tant que droit fondamental de l’homme, dans les conditions d’égalité et de solidarité conformes aux textes internationaux en matière de droits de l’homme et de droits des peuples, et de la communauté internationale sur les ressources naturelles.
Elle se fixe comme objectif de rassembler celles et ceux qui veulent agir en faveur de la reconnaissance du droit à l’énergie comme un droit fondamental de l’homme, du partage de l’énergie et de la protection des équilibres de la planète et des intérêts environnementaux des générations futures.

Fondée en 2000, Droit à l’énergie SOS FUTUR est une Organisation non gouvernementale (ONG) internationale basée en France. Elle est titulaire du statut consultatif spécial auprès du Conseil Économique et Social (ECOSOC)* des Nations Unies et est accréditée auprès du Département l’Information (DPI) de l’organisme. Droit à l’énergie est également membre du Pacte mondial au titre d’ONG, ce qui lui confère un rôle d’observateur et de conseiller en matière d’accès à l’énergie. Droit à l’énergie bénéficie de conventions de partenariats avec les entreprises du secteur de l’énergie, françaises ou étrangères ; elle est dotée d’un conseil d’administration international.Droit à l’énergie favorise la création de structures locales regroupant les organisations adhérentes dans un pays où elle est organisée, par exemple : Argentine, Brésil, Canada, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mexique… et d’antennes régionales qui représentent les continents d’Afrique, Amérique, Asie, Europe, Océanie, Grand Maghreb/Moyen Orient. Elle est riche de plus de 400 associations ou personnes morales (ONG de la société civile, organisations syndicales nationales et internationales) provenant de 68 pays et représentant plus de 70 millions de membres. L’Association a pour objet la défense et la promotion, au plan de chaque État, Peuple ou Nation, comme au plan régional et mondial, du droit à l’énergie pour tous, en tant que droit fondamental de l’homme, dans les conditions d’égalité et de solidarité conformes aux textes internationaux en matière de droits de l’homme et de droits des peuples, et de la communauté internationale sur les ressources naturelles.

Elle se fixe comme objectif de rassembler celles et ceux qui veulent agir en faveur de la reconnaissance du droit à l’énergie comme un droit fondamental de l’homme, du partage de l’énergie et de la protection des équilibres de la planète et des intérêts environnementaux des générations futures.

*À propos de l’ECOSOC :

Le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) est composé de 54 membres, dont 18 sont élus chaque année par l’Assemblée générale pour des mandats de trois ans. Les membres sortants sont immédiatement rééligibles. Il se réunit en session plénière tous les ans, et réunit également en son sein un certain nombre de commissions.

Les ONG accrédités participent aux sessions de l’ECOSOC et à ses commissions.