La survie des humains dépend de l’accès à l’énergie

Les défis mondiaux de l’énergie sont bien connus : faire face à une croissance de la demande en énergie primaire qui devrait doubler d’ici 2050, répondre aux besoins des 1,4 milliard de personnes actuellement sans accès à l’électricité et à ceux des 2,8 milliards sans mode de cuisson propre, investir pour moderniser des infrastructures énergétiques vieillissantes tout en réduisant les impacts environnementaux de la production et de l’utilisation de l’énergie. La croissance démographique – qui devrait se stabiliser après 2050 – va se poursuivre jusque-là pour atteindre 9 milliards d’êtres humains à cette date (à un rythme de 1,1% par an, contre 1,8% les 20 dernières années) avec une forte poussée dans les pays en voie de développement qui devraient concentrer à terme 80% de la population mondiale

L’inégalité face à la consommation est totale

Un Africain ne dispose en moyenne que de 0,67 tonne d’équivalent pétrole par habitant et par an, soit 6 fois moins qu’un Français, 12 fois moins qu’un Nord- Américain. (Chiffres EDF novembre 2011). Ce constat, pour alarmant qu’il soit sur le continent africain, ne doit pas occulter celui de la pauvreté énergétique dans les pays développés, notamment ceux de l’UE, où l’on estime que 75 à 125 millions de personnes rencontrent d’énormes difficultés à accéder à l’électricité pour des raisons financières : coût de l’énergie, faiblesse des revenus, etc…

Un contexte mondial préoccupant

Pour les pays en développement :

L’absence totale de ressources en énergie propre pour des populations représentant 1,4 milliard d’individus vivant essentiellement sur le continent africain est troublante.

Ces populations n’ont que le bois de chauffe à utiliser, ce qui apporte son lot de conséquences négatives : temps perdu à chercher le bois (une tâche généralement réservée aux femmes et aux enfants), exposition à la fumée, impacts sanitaires, déforestation, désertifi cation et émission de CO2.

Avec une mortalité infantile moyenne de 15% au lieu de 0,4 % dans les pays industrialisés et une espérance de vie moyenne de 40 ans, des actions politiques sont plus que nécessaires pour améliorer l’accès à l’énergie durable sans quoi : pas d’éducation, pas d’eau potable, pas de chaîne de froid et donc pas de vaccins.

Pour les pays industrialisés :

La difficulté ou même l’impossibilité pour un grand nombre d’habitants d’avoir accès à une énergie moderne, propre, respectueuse de l’environnement et abordable ; les coûts élevés de l’énergie et les revenus insuffisants ainsi que l’isolation thermique défaillante du secteur résidentiel font partie des causes de la précarité énergétique dans laquelle sont plongées des millions de personnes, affectant ainsi négativement leur vie au quotidien, et ce, à tous les niveaux : santé, éducation, communication et développement social en général.

Qui nous sommes

Publications

Contre le projet de démantèlement d'EDF, nous appelons à la mobilisation la plus large!

Le gouvernement, en accord avec la direction d’EDF et la Commission européenne, prépare activement le démantèlement d’EDF - nommé projet « Hercule » -  susceptible d’être adopté par voie d’ordonnance (sans débat ni possibilité d’amendement pour les parlementaires), sous la forme d’un article de la future loi issue de la convention citoyenne sur le climat

Quelle forme prendrait ce démantèlement d’EDF ?

Il est envisagé de démanteler EDF en 3 entités :

  • EDF « Bleu » qui resterait public avec toute la filière nucléaire.
  • EDF « Vert » ouvert aux marchés pour la distribution (Enedis) et tout ce qui concerne les énergies renouvelables (aujourd’hui, c’est là que se trouve la rentabilité d’EDF avec 6,5 Mds € d’excédent qui permet l’autofinancement du groupe).
  • Enfin EDF « Azur» ouvert aux marchés par 150 contrats de concession des barrages hydroélectriques qui ont déjà été entièrement financés par les contribuables français.
Publié le 07/01/21 dans Publications, Europe Lire plus

Augmentation de l’électricité de 2% au 1er janvier 2021, la crise sanitaire à bon dos !

La réalité est bien autre ! Ce sont les choix en matière de politique énergétique avec un développement anarchique des énergies renouvelables, solaire et éolien, qui sont responsables de l’augmentation du kWh électrique dans le cadre de la libéralisation du marché de l’électricité.

En effet, le développement aussi bien des parcs éoliens ou des panneaux photovoltaïques ne sont pas des moyens de production construits pour répondre à une programmation aux besoins prévisionnels d’une production d’électricité. Mais au contraire pour répondre à une rente financière pour les entreprises ou les particuliers. Il faut bien le dire : sans l’obligation de rachat de l’électricité par EDF, il n’y aurait pas ce développement anarchique. Cette obligation de rachat est financée par une taxe directement prélevée sur les factures de l’électricité des usagers, (CSPE) jusqu’en 2016, date de sa réforme. A noter que depuis sa création en 2003 et jusqu’à sa réforme en 2016, la CSPE a augmenté de650 %.

Publié le 07/01/21 dans Publications, Europe Lire plus

situation énergétique de la bande de Gaza

La bande de Gaza est la région sud de la plaine côtière palestinienne sur la mer Méditerranée. Le secteur s'étend sur une superficie de 360 kilomètres carrés, sa longueur est de 41 km et sa largeur varie entre 5 et 15 km. Israël borde la bande de Gaza au nord et à l'est, tandis que l'Égypte la borde au sud-ouest. La population de la bande de Gaza assiégée est de plus de  deux millions.

La bande de Gaza est soumise à un blocus étouffant imposé par Israël depuis l'été 2007, qui consiste notamment à empêcher ou à rationner l'entrée de carburant, de matériaux de construction et de nombreux produits de base, et à empêcher la pêche dans les profondeurs de la mer.

Publié le 01/12/20 dans Publications, Grand Maghreb et Moyen-Orient Lire plus
Toutes les publications