La survie des humains dépend de l’accès à l’énergie

Les défis mondiaux de l’énergie sont bien connus : faire face à une croissance de la demande en énergie primaire qui devrait doubler d’ici 2050, répondre aux besoins des 1,4 milliard de personnes actuellement sans accès à l’électricité et à ceux des 2,8 milliards sans mode de cuisson propre, investir pour moderniser des infrastructures énergétiques vieillissantes tout en réduisant les impacts environnementaux de la production et de l’utilisation de l’énergie. La croissance démographique – qui devrait se stabiliser après 2050 – va se poursuivre jusque-là pour atteindre 9 milliards d’êtres humains à cette date (à un rythme de 1,1% par an, contre 1,8% les 20 dernières années) avec une forte poussée dans les pays en voie de développement qui devraient concentrer à terme 80% de la population mondiale

L’inégalité face à la consommation est totale

Un Africain ne dispose en moyenne que de 0,67 tonne d’équivalent pétrole par habitant et par an, soit 6 fois moins qu’un Français, 12 fois moins qu’un Nord- Américain. (Chiffres EDF novembre 2011). Ce constat, pour alarmant qu’il soit sur le continent africain, ne doit pas occulter celui de la pauvreté énergétique dans les pays développés, notamment ceux de l’UE, où l’on estime que 75 à 125 millions de personnes rencontrent d’énormes difficultés à accéder à l’électricité pour des raisons financières : coût de l’énergie, faiblesse des revenus, etc…

Un contexte mondial préoccupant

Pour les pays en développement :

L’absence totale de ressources en énergie propre pour des populations représentant 1,4 milliard d’individus vivant essentiellement sur le continent africain est troublante.

Ces populations n’ont que le bois de chauffe à utiliser, ce qui apporte son lot de conséquences négatives : temps perdu à chercher le bois (une tâche généralement réservée aux femmes et aux enfants), exposition à la fumée, impacts sanitaires, déforestation, désertifi cation et émission de CO2.

Avec une mortalité infantile moyenne de 15% au lieu de 0,4 % dans les pays industrialisés et une espérance de vie moyenne de 40 ans, des actions politiques sont plus que nécessaires pour améliorer l’accès à l’énergie durable sans quoi : pas d’éducation, pas d’eau potable, pas de chaîne de froid et donc pas de vaccins.

Pour les pays industrialisés :

La difficulté ou même l’impossibilité pour un grand nombre d’habitants d’avoir accès à une énergie moderne, propre, respectueuse de l’environnement et abordable ; les coûts élevés de l’énergie et les revenus insuffisants ainsi que l’isolation thermique défaillante du secteur résidentiel font partie des causes de la précarité énergétique dans laquelle sont plongées des millions de personnes, affectant ainsi négativement leur vie au quotidien, et ce, à tous les niveaux : santé, éducation, communication et développement social en général.

Qui nous sommes

Publications

forum pour le Droit à l’Énergie du 1er au 3 décembre 2020

Alors que la précarité énergétique est en passe de devenir l’un des problèmes sociaux les plus urgents de notre époque :

La coalition Droit à l’Énergie et les Amis de la Terre Europe vous invitent à venir débattre des solutions et stratégies pour renforcer un mouvement grandissant de lutte contre la précarité énergétique en Europe.

Publié le 18/11/20 dans Publications, Europe Lire plus

Au mois de septembre, avec une consommation en baisse, on manque déjà d’électricité, alors qu’en sera-t-il cet hiver ?

« En été, la France a déjà rallumé ses centrales à charbon ! » pouvait-on lire dans la presse très récemment. En réalité cette remise en route des centrales à charbon n’a été que de 367 MW pour 2997 MW de capacité installé soit 12,24% de ses possibilités.

La France a préféré importé de l’électricité. En effet, d’après les chiffres de RTE de juillet la France a importé plus d’électricité que les années normales, de l'ordre de 6 GW (pour une capacité d'import estimée à 10,8 GW). Ces importations venues directement d’Allemagne, avec une émission élevée de CO2 (plus 400gr/kWh) s’accompagnant d’un coût financier important de l’ordre de plus de 120 € voire plus le MW.

Publié le 28/09/20 dans Publications, Europe Lire plus

Déclaration de presse du CODDAE relative à l’assassinat de six touristes français et deux ressortissants nigériens à Kouré

Le dimanche 9 août 2020, aux environs de midi nous avons appris avec indignation l’assassinat de six touristes français et deux ressortissants nigériens (sept travailleurs de l’ONG Acted et leur guide). Ils ont été assassinés par des individus armés dans la zone de Kouré, située à environ 60 km au Sud-est de Niamey.

Les huit personnes, participaient à une excursion touristique dans cette zone réputée pour abriter les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'Ouest.

Cet incident met en péril les activités destinées à sauver des vies dans un contexte marqué par des conflits et la pandémie de Covid-19. Cette attaque est non seulement une attaque contre des individus mais également contre toute la communauté humanitaire et de développement au Niger.

Condamnons avec la plus grande fermeté cette attaque meurtrière.

Tout en saluant les autorités nigériennes pour les efforts déjà fournis, nous les exhortons à garantir davantage un environnement sécurisé pour tous.

Nous présentons nos sincères condoléances à l’ONG Acted et aux familles des disparus.

Face à cette situation, nous condamnons avec la dernière énergie cet acte ignoble et déplorons la dégradation de la situation sécuritaire au Niger.

Nous déclarons, en solidarité avec les familles affectées, que ce crime odieux ne doit pas rester impuni, et ne nous détournera pas de notre engagement.

 

Fait à Niamey, le 10 août 2020

 

Pour le BEN/CODDAE, le Président

 

MOUSTAPHA KADI OUMANI

Publié le 01/09/20 dans Publications, Afrique Lire plus
Toutes les publications