La survie des humains dépend de l’accès à l’énergie

Les défis mondiaux de l’énergie sont bien connus : faire face à une croissance de la demande en énergie primaire qui devrait doubler d’ici 2050, répondre aux besoins des 1,4 milliard de personnes actuellement sans accès à l’électricité et à ceux des 2,8 milliards sans mode de cuisson propre, investir pour moderniser des infrastructures énergétiques vieillissantes tout en réduisant les impacts environnementaux de la production et de l’utilisation de l’énergie. La croissance démographique – qui devrait se stabiliser après 2050 – va se poursuivre jusque-là pour atteindre 9 milliards d’êtres humains à cette date (à un rythme de 1,1% par an, contre 1,8% les 20 dernières années) avec une forte poussée dans les pays en voie de développement qui devraient concentrer à terme 80% de la population mondiale

L’inégalité face à la consommation est totale

Un Africain ne dispose en moyenne que de 0,67 tonne d’équivalent pétrole par habitant et par an, soit 6 fois moins qu’un Français, 12 fois moins qu’un Nord- Américain. (Chiffres EDF novembre 2011). Ce constat, pour alarmant qu’il soit sur le continent africain, ne doit pas occulter celui de la pauvreté énergétique dans les pays développés, notamment ceux de l’UE, où l’on estime que 75 à 125 millions de personnes rencontrent d’énormes difficultés à accéder à l’électricité pour des raisons financières : coût de l’énergie, faiblesse des revenus, etc…

Un contexte mondial préoccupant

Pour les pays en développement :

L’absence totale de ressources en énergie propre pour des populations représentant 1,4 milliard d’individus vivant essentiellement sur le continent africain est troublante.

Ces populations n’ont que le bois de chauffe à utiliser, ce qui apporte son lot de conséquences négatives : temps perdu à chercher le bois (une tâche généralement réservée aux femmes et aux enfants), exposition à la fumée, impacts sanitaires, déforestation, désertifi cation et émission de CO2.

Avec une mortalité infantile moyenne de 15% au lieu de 0,4 % dans les pays industrialisés et une espérance de vie moyenne de 40 ans, des actions politiques sont plus que nécessaires pour améliorer l’accès à l’énergie durable sans quoi : pas d’éducation, pas d’eau potable, pas de chaîne de froid et donc pas de vaccins.

Pour les pays industrialisés :

La difficulté ou même l’impossibilité pour un grand nombre d’habitants d’avoir accès à une énergie moderne, propre, respectueuse de l’environnement et abordable ; les coûts élevés de l’énergie et les revenus insuffisants ainsi que l’isolation thermique défaillante du secteur résidentiel font partie des causes de la précarité énergétique dans laquelle sont plongées des millions de personnes, affectant ainsi négativement leur vie au quotidien, et ce, à tous les niveaux : santé, éducation, communication et développement social en général.

Qui nous sommes

Publications

Pour une journée mondiale de l'accès à l'énergie durable pour tous

Proposition du mouvement associative et civil.

Pour une Journée Mondiale de l’Accès à l’Energie Durable pour tous.

1) Introduction

En 2000, 193 états membres de l’ONU et 23 organisations internationales ont adopté à New York les Objectifs du Millénaire pour le Développement, devant être atteints en 2015. Au nombre de huit, ceux-ci couvrent de grands enjeux humanitaires, entre autres la réduction de l’extrême pauvreté et de la mortalité infantile, la lutte contre plusieurs épidémies dont le SIDA, l'accès à l’éducation, l’égalité des sexes, et l'établissement d’un environnement humain durable.

Malgré les bonnes intentions que représentent ces huit objectifs, comment prétendre atteindre les résultats ciblés sans une vraie politique énergétique qui garantisse à l’ensemble des habitants de la planète l’accès aux sources d’énergies modernes ? L’année 2015 approche et on est malheureusement encore loin du compte.

En effet, dans un certain nombre de pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique du Nord (Maghreb, Machrek), des politiques énergétiques existent déjà, mais, le coût élevé de l’électricité, la faiblesse de revenus et la mauvaise isolation des logements empêchent de très nombreux habitants d’en bénéficier. Pour beaucoup d’autres, c’est l’absence de politiques énergétiques, tenant à l’incapacité des gouvernements de s’en doter, qui rend impossible l’accès à l’électricité et aux autres sources d’énergies modernes. C’est le cas de nombreux pays africains et asiatiques.

Ce constat, que l’association Droit à l’Énergie a mis en évidence dès sa création en 2000, est aussi celui de nombreuses organisations internationales, notamment l’Organisation des Nations Unies, le Conseil mondial de l’énergie et l’Agence internationale de l’énergie.

Publié le 10/12/18 dans Publications, International Lire plus

Ne pas perdre de vue, les objectifs ambitieux de l’accord de Paris !

Ne pas perdre de vue, les objectifs ambitieux de l’accord de Paris !

L’ambition affichée des gouvernements et de l’Union Européenne est d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour atteindre cet objectif, encore faut-il que l’Europe se dote d’une véritable politique énergétique ambitieuse en portant prioritairement l’accès à l’énergie pour tous, l’éradication de la précarité énergétique et de la pauvreté. Un des premiers axes de travail serait par conséquent de réaliser un bilan de la dérèglementation du secteur énergétique, ce qui dans la feuille de route de la Commission européenne n’est pas prévu.

Publié le 10/12/18 dans Publications, Europe Lire plus
Toutes les publications